Bilan de 10 ans de Plan Santé dans la Vienne et perspectives pour 2017/2018

Bruno BELIN, Président du Département, Anne-Florence BOURAT, Conseillère départementale chargée des Politiques de santé, Valérie DAUGE, 1ère Vice-présidente, Présidente de la Commission des Personnes Âgées et Handicapées, Benoît COQUELET, Rapporteur de la Commission, Rose-Marie BERTAUD, Vice-présidente chargée de l’Action Sociale, de l’Enfance et de la Famille, et le Doyen Honoraire de la Faculté de Médecine et de Pharmacie de Poitiers Roger GIL, Conseiller du Président pour l’Enseignement Supérieur et la Recherche, ont dressé le bilan de 10 ans de Plan Santé dans la Vienne et présenté les actions à venir pour les années 2017/2018. Le développement des aides vers de nouvelles professions médicales et paramédicales, la participation aux Contrats Locaux de santé en lien avec l’Agence Régionale de Santé (ARS), et le développement d’une ingénierie du conseil ont notamment été détaillés.

En 2016, le Département a mis en place un Plan Santé (bourses aux étudiants, création de Maisons Pluridisciplinaires de Santé…) qui a traduit une action forte et volontariste en faveur de la démographie médicale afin de pallier le nombre insuffisant de professionnels de santé en milieu rural. En 2016, dans un contexte de bouleversement du secteur de la Santé, il a confirmé son implication dans ce domaine avec l’élaboration du nouveau Plan Santé qui, à l’instar du numérique, fait partie des 13 grandes priorités pour construire la Vienne de 2025.

« Le point de départ du Plan Santé a été la prise de conscience du départ massif à la retraite des professionnels de santé. De plus les jeunes médecins souhaitaient toujours venir exercer en milieu rural, mais pour travailler de façon différente, en groupe. Les Maisons de Santé Pluridisciplinaire (MSP) ont donc été inventées par le Conseil départemental de la Vienne » a précisé Bruno BELIN. « Aujourd’hui 17 MSP sont répartis de façon homogène sur tout le territoire. Il faut que les habitants aient une réponse de santé à 10 minutes de chez eux ! » s’est-il exclamé.

Ce Plan Santé est structuré de façon transversale avec les grands projets du Département dont les États Généraux de la Ruralité, le Plan Jeunesse et le Schéma d’Aménagement Numérique, et les partenaires externes comme l’ARS et les représentants des professionnels de santé.

Ses objectifs sont de sensibiliser et d’informer le public et les acteurs du monde médical sur les mutations du système de santé, tout en contribuant à l’élaboration de l’offre de soins sur tout le territoire avec en particulier :

  • la promotion des Contrats Locaux de Santé avec l’ARS sur Montmorillon, Poitiers, Châtellerault, et Loudun en projet ;
  • la poursuite des actions de soutien à la création des MSP et l’évolution du dispositif d’aide aux étudiants en médecine ;
  • le soutien au développement et à la création d’emplois dans le secteur de la santé ;
  • le développement des actions de prévention, de la télé santé et de la médecine, et la promotion de l’e-santé et des nouvelles technologies pour les progrès de la médecine.

« Depuis 2000, plus de 11 millions d’euros ont été engagés par le Département pour la santé, avec en particulier la construction de la Faculté de Médecine de Pharmacie de Poitiers, les subventions pour la création d’EHPAD sur les sites hospitaliers et pour la construction des MSP, l’opération DOCVIE pour le dépistage du cancer… » a ajouté le Président en confirmant que 100% des bilans de santé des enfants de 3 à 4 ans sont aujourd’hui réalisés.

Depuis 2009, une bourse pour les étudiants médecine et en chirurgie dentaire a été créée pour pallier la désertification médicale. En contrepartie de l’aide du Département de 38 400 € au maximum, les étudiants doivent s’installer sur les cantons déficitaires et exercer sous forme libérale pendant au moins sept ans. « Actuellement, 23 étudiants sont dans le dispositif depuis 2009 dont trois nouveaux rentrés en 2016. 14 médecins généralistes sont installés ainsi qu’un dentiste » a confirmé Anne Florence BOURAT.

« Nous souhaitons compléter l’offre de santé en développant l’aide du Département en faveur des professions paramédicales avec la mise en œuvre d’une bourse pour les orthophonistes. La Vienne connaît en effet un déficit d’installation du fait que 8 % seulement d’étudiants admis à l’école de Poitiers sont originaires de Poitou-Charentes. Une bourse de 22 800 € a été créée en 2016 » a précisé la Conseillère départementale en charge des politiques de santé, tout en précisant qu’en contrepartie, les étudiants s’engagent à s’installer en zone déficitaire pendant au moins cinq ans. Cette aide concerne cinq étudiants pour l’année 2016/2017.

D’autres professions médicales (sages-femmes) et paramédicales (ergothérapeutes, kinésithérapeutes…) seront également prises en considération. Une réflexion est en cours pour l’accompagnement des médecins spécialistes.

Les actions du Plan Santé se caractérisent également par la poursuite de l’aide à la réalisation de Maisons de Santé Pluridisciplinaires qui constitue une des réponses à la demande des médecins préférant travailler en groupe pour exercer plus sereinement. Leur réalisation est soutenue au niveau des projets de territoire (volet 2 d’ACTIV’). Depuis 2010, les projets financés par le Conseil départemental doivent être labellisés dans le cadre de l’appel à projets régional sur les MSP organisé annuellement par l’ARS et la Préfecture de Région. Les MSP labellisées ARS ouvertes dans la Vienne sont au nombre de 13. S’y ajoutent trois maisons de santé labellisées Pôle d’Excellence Rural (PER) à Monts-sur-Guesnes, Moncontour et les Trois-Moutiers. Au total, 90 professionnels de santé exercent dans ces 16 MSP.

Une autre maison de santé va bientôt ouvrir à Loudun et des projets de santé sont en cours à Châtellerault, Mauprévoir, Bonnes, Lavausseau, Béruges, Neuville-de-Poitou et Valdivienne.

« Parmi les nombreuses autres actions réalisées dans le cadre du Plan Santé, il faut noter l’équipement en défibrillateurs de tous les territoires et le financement du Service Départemental d’Incendie et de Secours (SDIS 86) qui est à la manœuvre pour les urgences dans les zones les plus éloignées » a confirmé Bruno BELIN. « Le pouvoir décisionnaire, autrement dit l’ARS, est depuis le 1er janvier, à Bordeaux sans aucune vision territoriale ! On ne crée que par appel à projets, on fragilise le territoire, on crée de la fragilité sanitaire ! Les plans régionaux permettant le financement de la dépendance et des places pour personnes handicapées, encore appelés PRIAC, sont à zéro ! La création de 100 nouvelles places d’EHPAD est indispensable » a souhaité le Président.

La Vienne a adopté un Schéma Départemental de l’Autonomie 2015-2019. Il est le fruit d’une large négociation avec les acteurs du secteur et traduit la volonté de réunir dans un même schéma les rotations pour les personnes handicapées et pour les personnes âgées autour de problématiques communes. « Le vieillissement de la population dans la Vienne est à anticiper dès aujourd’hui. La population dépendante et le nombre de personnes handicapées vieillissantes ne cesseront d’augmenter. Par exemple, 50 travailleurs en Etablissements et Services d’Aide par le travail (ESAT) seront à la retraite d’ici cinq ans et il faudra bien sûr leur trouver une place en EHPAD ! » a indiqué Valérie DAUGE tout en ajoutant que la Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH 86) ne laissera aucuns jeunes sans solution.

« Comme vous pouvez le constater, la santé nous préoccupe à tous les niveaux de la vie pour toute personne. La disparité n’est pas acceptable. La santé est un enjeu qui nous tient vraiment à cœur ! » a martelé le Président.

Les mots de la fin ont été réservés à la sagesse du Doyen honoraire Roger Gil : « j’ai découvert qu’à la médecine de la personne doit s’associer une médecine des populations. On ne peut pas pratiquer l’une sans tenir compte de l’autre. L’essentiel est qu’un médecin s’installe dans la Vienne ! C’est une vision sociétale et réaliste. »

A l’occasion de la visite de François Hollande à Poitiers sur le thème de la Santé, Bruno BELIN exprimera le souhait du Département de pouvoir bénéficier d’une centaine de nouvelles places d’EHPAD au titre du PRIAC (PRogramme Interdépartemental d’ACcompagnement des handicaps et de la perte d’autonomie) et alertera le Gouvernement sur la nécessité de réviser le numérus clausus.