Présentation de l’étude de faisabilité de l’Aréna-Futuroscope

Bruno BELIN, Président du Département, a présenté avant la séance de clôture de la Décision Modificative N°1, l’étude de faisabilité du projet Aréna-Futuroscope. La Vienne sera équipée, aux portes du Futuroscope, d’un amphithéâtre pouvant accueillir plus de 6 000 spectateurs avides de culture populaire et de sport. Le projet comblera un déficit de ce type de salle à plus d’une heure de Poitiers.

Le projet de l’Aréna concernerait quatre marchés :

  • Le sport (avec les Clubs et les compétitions officielles) ;
  • « L’Entertainment » ou divertissement (avec les Concerts, les spectacles sportifs, le Family show (spectacle familial) et la comédie musicale) ;
  • Les Conventions ;
  • et le « Futuroscope ».

En ce qui concerne le marché du sport, le Poitiers-Basket 86 (PB86) garantirait entre autre un taux de remplissage moyen de 2 090 spectateurs en Pro B. Les compétitions sportives officielles, dont les tournois récurrents, les championnats nationaux (Judo, Tennis de table) et les compétitions internationales (coupe Davis, Badminton) représentent un marche très concurrentiel dicté par la jauge et tributaire des contributions publiques.

Au niveau du divertissement, une quarantaine de salles se situent dans un rayon de 200 km dans les villes telles Nantes, Bordeaux, Tours, Orléans, ou Limoges qui ont accueillis entre 31 et 112 spectacles en 2016. Seul l' »Acclameur » de Niort (26 spectacles l’année dernière) se situe dans un rayon de moins d’une heure de Poitiers.

La mise en place de conventions nécessite un amphithéâtre de plusieurs milliers de personnes.

Le Futuroscope pourrait contribuer à la programmation d’un show (spectacle) les jours de forte affluence avec trois ou quatre représentations de 45 minutes. La réflexion porte également sur la réalisation d’un pavillon dédié au sport, aux objets connectés et au mouvement en lien avec les classes olympiques sciences et sport et le CRITT par exemple.

L’implantation du projet se ferait en lien avec le Futuroscope, à l’est de l’entrée du Parc.

Le projet se veut multifonctionnel et modulable, pouvant accueillir des espaces aussi bien d’évolution que de compétition en Basketball, Badminton, Volleyball, handball, Judo, Lutte et handisport.

Une configuration en amphithéâtre est proposée car elle offre un confort optimal dans une jauge de 2 500 places tout en permettant de retrouver une arène en configuration sportive avec une double jauge selon que la couronne haute de la tribune principale soit ouverte ou non. En configuration scène centrale 360°, la jauge maximale atteindrait 6 276 spectateurs. La couronne haute 2 399 places pourra être ouverte selon le taux de remplissage de l’Aréna. Sa fermeture n’impactera pas l’accès au salon situé entre les deux couronnes de la tribune principale

En termes de fonctionnement, il convient de distinguer un mode événementiel et un mode hors événements. Dans le premier cas, la programmation a été établie sur la base des entretiens conduits avec les différents acteurs et l’analyse de la concurrence. Le PB 86 représenterait entre 17 à 20 matchs/an, les concerts et divertissements entre 25 à 30 dates, les conventions de deux à trois dates, et les shows du Futuroscope s’étaleraient sur une cinquantaine de dates. En mode hors événements, l’Aréna n’est pas dédiée à l’accueil d’un club résident. Néanmoins, un pavillon dédié au sport est proposé en option. Il aura pour vocation d’accueillir des animations autour de la thématique du sport avec des animations élaborées à partir d’expériences physiques (courses, saut, frappe dans une balle etc.).

« Au-delà, ce pavillon vise également à valoriser tout le travail conduit dans le Département depuis une vingtaine d’années sous l’impulsion du CRITT Sports et loisirs et la mise en place des classes olympiques  » a précisé Bruno Belin

Le coût des travaux H.T. de l’Aréna est de 29 millions d’euros. Les coûts d’opération de la salle annexe et du pavillon sport s’établissent respectivement à 3,6 millions d’euros et 3 millions d’euros H.T.

En termes de modèle économique, les charges ont été calculées avec la création d’une dizaine d’emplois et le résultat net de l’opération est à l’équilibre hors gros entretien et renouvellement.

Le montage juridique et financier est envisageable sous forme de maîtrise d’ouvrage publique, de marché de partenariat, ou de concession.

« L’Aréna-Futuroscope sera un nouvel outil économique pour notre territoire. Il permettra de développer la culture populaire et le sport. Il aura également retombées touristiques indéniables pour la Vienne » a conclu Bruno Belin.