Présentation du Schéma Départemental de l’Habitat 2017-2022

Bruno BELIN, Président du Département, Alain PICHON, Président de la Commission du Logement et de l’Environnement, et Marie-Jeanne BELLAMY, Rapporteur de la Commission, ont présenté le Schéma Départemental de l’Habitat 2017-2022 qui a été adopté le 10 février dernier lors du vote du Budget Primitif.

L’habitat et le logement font partie des 13 priorités de la mandature. Les objectifs sont de renforcer les dispositifs existants dans la politique Logement conduite par le Département, d’inciter des actions de remise en valeur du parc ancien des centres-bourgs et d’augmenter la production de logements adaptés aux séniors et aux publics jeunes.

Pour parvenir à une politique globale, cohérente et efficace, le Schéma Départemental de l’Habitat (SDH) a été conçu en articulation avec les volets « logement » des politiques sociales (notamment avec le Plan Local d’Action pour le Logement et l’Hébergement des Personnes Défavorisées : PALPD), le Schéma de l’Autonomie pour les Personnes Agées et les Personnes Handicapées, et la vision des Etats Généraux de la Ruralité.

Ce Schéma représente le programme des grandes orientations des priorités départementales en faveur de l’Habitat à l’horizon 2022.

Cette politique volontariste aidera à la réalisation de 6 000 logements sur 6 ans : 5 000 réhabilités et 1 000 neufs, pour un budget de près de 13,31 millions d’€ consacré aux aides à la pierre. L’ambition est d’inscrire l’Habitat dans une démarche d’aménagement du territoire en apportant une réponse différenciée, adaptée aux besoins en logement et aux spécificités de chaque bassin de vie. 6 millions d’€ seront consacrés aux appels à projets « Restructuration de centres-bourgs » et « Patrimoine », dans le cadre du dispositif ACTIV.

Le diagnostic du SDH pour une politique de logement en milieu rural a pris en compte les bassins de vie, les évolutions démographiques (caractérisées par un ralentissement de la croissance démographique, un vieillissement de la population et un desserrement des ménages), les indicateurs de besoins pour évaluer l’offre et la demande, les besoins par bassin et  relatifs en locatifs sociaux, le parc des logements vacants (plus élevé au sud et à l’est de la Vienne, plus forte en centre-bourg), le niveau énergétique du parc social (13 des 19 bassins d’habitat comportent une proportion de logement énergivores supérieure à 50%) et la réhabilitation du parc privé.

Le diagnostic social s’est basé sur l’évolution du mode de vie des ménages  (36,6% sont des personnes seules et Poitiers concentre une part importante d’étudiants), le nombre d’allocataires du RSA (11 972 allocataires à la fin juin 2016 dont 85% sont des personnes seules avec ou sans enfant), l’évolution des minimas sociaux et les difficultés des ménages (taux de pauvreté de 14,2% dans la Vienne et de près de 30% pour les locataires), les conditions de l’hébergement (résidences HLM concentrées majoritairement à Poitiers, offre de logement actuelle insuffisante pour les publics jeunes sur tout le territoire et manque de petits logements adaptés en secteur rural), la vacance des logements et l’habitat indigne (la vacance est supérieure à la moyenne nationale : 9,4% contre 7,1% dans la Vienne, près de 12 500 logements sont potentiellement indignes soit 7,3% du parc total départemental principalement en secteur rural) et la précarité énergétique des ménages (17% des ménages).

Les cinq grandes orientations du SDH sont :

  • la revalorisation du parc ancien en centre-bourg ;
  • le développement d’une offre nouvelle en secteur rural ;
  • la réponse apportée aux publics spécifiques et à la mixité sociale ;
  • la logique de développement durable par la lutte contre la précarité énergétique et la consommation du foncier ;
  • la contribution du logement innovant dans l’atténuation des difficultés sociales et des coûts sociaux ;
  • et la création d’outils d’aménagement : une Maison Départementale de l’Habitat, un Conseil en Aménagement, Urbanisme et Environnement (CAUE) en partenariat avec l’Etat, et un Espace Habitat Autonomie.

La troisième partie du SDH se décline en 22 fiches actions pour mettre en œuvre les orientations du schéma: la revalorisation du parc existant (9), l’offre nouvelle (5), le logement sénior (3), le logement public jeune (2) et les outils d’aménagement (3).

« On met en place des dispositions pragmatiques et opérationnelles pour répondre aux critères de notre territoire » a indiqué Alain PICHON. « Nous avons une vision globale et efficace grâce aux diagnostics exhaustifs. L’aide à la pierre et la vision sociale sont intimement mêlées au niveau du SDH. L’implication rurale représente une part importante du schéma avec une approche territoriale et un travail sur les personnes âgées, les publics jeunes et les habitants en situation de précarité » a-t’il confirmé.

Le Vice-président chargé du Logement et de l’Environnement a défini le SDH comme un moyen approprié pour ne pas consommer trop de foncier dans les zones rurales, en réhabilitant les espaces des centres-bourgs qui s’en retrouvent ainsi dynamisés : « 1 million d’€ par an seront dédiés aux appels à projet. La mixité sociale sera favorisée, l’environnement et les coûts respectés« .

« Ce schéma va contribuer au développement économique de la Vienne en donnant du travail aux artisans du bâtiment. On doit, tant qu’il en est encore temps, profiter de l’opportunité de ce SDH pour faire de la restructuration de l’habitat ancien avant qu’il ne soit trop endommagé ! » a-t’il martelé.

« L’intelligence politique rejoint l’intelligence territoriale au travers du SDH. Il fait également le lien avec le Livre Blanc des Etats Généraux de la Vienne et favorise l’économie locale   » a conclu Bruno BELIN.