Visite hors les murs des Usines Nouvelles à Ligugé

Dans le cadre des visites hors les murs, Bruno BELIN, Président du Département, et Joëlle PELTIER, Conseillère départementale et Maire de Ligugé, ont visité les Usines Nouvelles à Ligugé en présence des Vice-présidents Marie-Renée DESROSES et Benoît COQUELET. La friche industrielle de la Filature a été revalorisée au travers d’un projet économique, social et culturel d’un genre nouveau.

Dans un cadre très boisé, à l’endroit de la Filature, avenue de la Plage à Ligugé, sont installées les Usines Nouvelles de Ligugé.

Les lieux sont chargés d’histoire : jusque dans les années 50, une structure industrielle conséquente dotée de plus de 400 ouvriers produisait de la fibre textile, des vêtements et de la ficelle à partir de chanvre. Suite à la chute de l’industrie textile du siècle dernier, la production s’est ensuite spécialisée dans un domaine d’activité différent qui est celui de la fabrication de pots de yaourts. Une faillite en 1976 a transformé le site en une friche industrielle où se sont exprimés les passionnés de roller et l’art des graffitis.

En 2011, 4 jeunes d’origine professionnelles différentes se sont associés pour créer une SCI et développer une idée audacieuse à l’époque autour d’un projet multi-artisanal dans un « écosystème accompagnant et multisectoriel ».

C’est ainsi que depuis 2013 se sont installés des entreprises du numérique, œuvrant dans les domaines du développement durable/Environnement/Compostage, des artisans d’art, une ludothèque, un brasseur de bière et un Consortium Coopérative « Plage 76 » avec galeries et boutiques en 2015.

L’objectif était de répondre aux besoins d’un territoire. Sur une surface de 2 ha et 10 000 m² d’usine en friche, en 5 ans le tiers de la surface bâtie a été aménagée, 25 entreprises ont été accueillies, représentant 40 ETP. Des services mutualisés pour permettre le développement de ces entreprises ont vu le jour et un projet d’aménagement du bâtiment principal de l’ancienne Filature est à l’étude. La remise en valeur du patrimoine industriel est devenue une priorité.

« En tout, adhérents, le Fablab porté par l’association AY128 soutenu par le Département, entreprises et Consortium Coopérative inclus, cela représente plus de 250 personnes travaillant sur ce site privé. La qualité de vie au travail dans la complémentarité est devenue une ligne directive. Il n’y a pas d’équivalent dans la Région Nouvelle-Aquitaine » a précisé Joëlle PELTIER.

Au questionnement relatif aux perspectives de 2025, a été répondu le doublement de la surface bâtie occupée (passant à 6 000 m²), la diversification vers l’axe touristique et culturel avec ouverture au grand public, la mise en valeur de l’histoire du site et le développement des énergies renouvelables avec l’installation d’une centrale hydroélectrique à vis sans fin et de panneaux photovoltaïques rappelant les ardoises du toit du bâtiment principal. 1 M€ d’investissements seront nécessaires à leur programmation.

« Les Usines Nouvelles de Ligugé sont désormais reconnues au niveau national comme un modèle de transversalité » a conclu Bruno BELIN.